Telle une géobiologiste, Olivia Rolde libère par gisements les couleurs incrustées

comme des cauris dans les formes figées et tisse au fil du geste les strates de l’œuvre

de motifs orientaux abstraits, comme pour en souligner les ressorts culturels.

Dans ses tableaux la lumière reflète l’improbable et le hasard qui se dissimulent en

toute possibilité comme des émanations providentielles.

Les frontières dans son œuvre suivent l’impulsion du mouvement impermanent

de toute chose pour s’isoler ou se fondre aux sensations résonnantes à l’esprit,

éveillant ainsi la conscience par le geyser des formes et la suprématie lyrique des tonalités.

Elle sillage et sillonne de couleurs les marbrures du temps et de l’espace qui pavent

l’existence et ses tracés finissent par former l'essence d’idées fondamentales,

tels des glyphes polychromes symbolisant l’unité source des peuples.

Son travail est un langage qui touche aux valeurs universelles humanistes;

comme un écho, il rappelle les tables ancestrales des lois de la nature et les devoirs

de l’humain envers cet écrin sublime et mystérieux que représente le monde,

renfermant tant d’offrandes et dont nous savons encore si peu de choses…

 

Virginie Gauthier, février 2011